Proust-Schelling: une affinité élevtive ?

Université de Strasbourg, 16-17 novembre 2016

Appel à contribution

Il y a trente-cinq ans, Anne Henry (Marcel Proust – théories pour une esthétique, Paris, Klincksieck, 1981) suscita une révolution en affirmant que l’auteur d’À la recherche du temps perdu (1913-1927), que l’on prenait pour un dilettante tourné vers ses souvenirs, faisait parcourir, de façon très concertée, à son héros sans nom un itinéraire schellingien (soit une odyssée de l’esprit, couronnée par l’élaboration d’une œuvre).

Il s’agira ici de réévaluer cette affinité élective. Au plan historique, quels sont les canaux permettant à Marcel Proust de prendre connaissance de la philosophie de Schelling, au sein de la réception du philosophe allemand en France sous la Troisième République ? Au plan conceptuel, dans quelle mesure y a-t-il rencontre entre les systèmes de Schelling et la philosophie esthétique du sujet chez Proust ?

Les propositions de communication sont à adresser avant le 1er mai 2016 à Gérard BENSUSSAN (gerard.bensussan@unistra.fr) et Luc FRAISSE (luc.fraisse@neuf.fr), accompagnées de quelques mots d’explication.

Le recueil des communications fera l’objet d’une publication.

 

Gérard BENSUSSAN, professeur de philosophie (Université de Strasbourg)

Luc FRAISSE, professeur de littérature française (Université de Strasbourg)

 

Book release: Cent ans de la jalousie proustienne

Much more than a simple motif in a romance plot, in Marcel Proust’s work jealousy becomes the manifestation of a new approach to human relations and novelistic writing. This volume explores the ways in which this force determines emotions, narrative, and writing for Marcel Proust and subsequent authors. 

The Double Life of Proust's Translator

An article by Brenda Cronin from The Wall Street Journal about C.K. Scott Moncrieff:

"Almost a decade ago, writer Jean Findlay found herself at home with two young sons, casting about for a new project. Her mother produced a worn leather suitcase filled with the letters, diaries and poems of Ms. Findlay’s great-great uncle, the man known to his relatives as 'C.K.' 

Cahiers 1 à 75 de la Bibliothèque nationale de France

Cahiers 1 à 75 de la Bibliothèque nationale de France

Au printemps de 1912, quand Proust rédige le Cahier 44, il croit encore que son œuvre pourra être publiée en une fois et s’efforce de la mettre au point le plus rapidement possible. La matinée Villeparisis, qu'on trouvera à la fin du Côté de Guermantes I, s’étend et prend plus de relief; les Guermantes affluent, la présence de Bloch, juif et dreyfusard, fait de l’Affaire le lieu où les différents personnages se révèlent.

You are what you read

You are what you read

No one should read Marcel Proust's "In Search of Lost Time" for the first time. A first reading, however carefully conducted, cannot hope to unlock the book's complexity, its depth, its inexhaustible richness. Roughly a million words and more than 3,000 pages long, it is a novel I have read twice, and one of the reasons I continue to exercise and eat and drink moderately and have a physical every year into my 70s is that I hope to live long enough to read it one more time.

La "famille" Proust chez Tante Léonie

La "famille" Proust chez Tante Léonie

Deux manifestastions ont animé dimanche dernier le musée Marcel-Proust et la maison de Tante Léonie. Le matin, c'est aux côtés du maire d'Illiers-Combray que Claude Contamine, le président de la Société des Amis de Marcel Proust (SAMP), et Mireille Naturel, secrétaire générale de la SAMP, ont procédé à l'inauguration d'une exposition proposant dix des vingt-quatre lettres manuscrites adressées par Marie Nordlinger au professeur Bisson et divers autres documents composant la donation Phillip. D. Boyd.

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out